Depuis la crise financière de 2008, l’industrie française ne s’est jamais aussi bien portée. En effet, l’année 2017 a connu plus d’ouvertures d’usines que de fermetures * (Etude Mazars). Nous assistons même à une relocalisation de certaines productions en France comme par  exemple Solex, qui a rapatrié sa production de Chine en Normandie. Les entreprises Françaises, comme Air Liquide, deviennent même moteur sur “l’industrie du futur” au même rang que des entreprises comme Bosch ou General Electric au niveau international.

Pourtant le marché industriel Français peine à atteindre la vitesse nécessaire pour suivre la Chine, qui est en train de devenir leader de l’industrie digitale. Il subsiste donc un défi majeur pour nos industriels : accélérer la transformationLes entreprises françaises doivent passer d’une production de masse à une production flexible et surtout personnalisée. L’idée est de mettre en place des usines “intelligentes” qui peuvent adapter leur production, gérer efficacement l’utilisation des ressources et ouvrir ainsi la voie à une nouvelle révolution industrielle, c’est ce qu’on appelle l’industrie 4.0.

1 – Une Nouvelle réalité pour l’industrie


Pour suivre l’évolution des Business Models de l’entreprise et des gains de performance nécessaires, l’industrie ne doit pas se contenter d’une amélioration continue à laquelle 20 ans de Lean Manufacturing nous a habitué.Le digital doit permettre un “saut” de performance significatif. La question est : Quelles technologies vont permettre d’apporter le meilleur ROI ?

L’approche de l’industrie 4.0 doit ainsi apporter des résultats rapides et significatifs, tout en développant la confiance des collaborateurs et des clients.

Ces changements sont bien ancrés dans l’esprit de nos industriels. Les grands groupes ont multiplié les projets pour se familiariser et apprivoiser ce tournant digital. Il y a d’abord eu la phase des POC (Proof of concept) afin de valider ou pas l’intérêt des projets technologiques puis, la phase de rapprochement avec les startups pour dynamiser ses modes de travail. Mais à présent, cela ne suffit plus. Il faut passer aux choses sérieuses : la mise en oeuvre du déploiement !

2 – Les enjeux du déploiement de l’industrie 4.0

 

Ces différentes expérimentations ont permis de comprendre que des technologies (la Data, les IoT, l’impression 3D, la biotechnologie…) apportent une nouvelle valeur ajoutée et surtout qu’il faut réformer de l’intérieur. L’entreprise doit se décloisonner, simplifier les processus et responsabiliser chaque collaborateur. En somme, libérer la créativité pour innover et renforcer sa compétitivité. Concrètement, l’ensemble des processus internes doit être challengé pour gagner en efficacité en plaçant la technologie au service de l’humain.

Nos entreprises industrielles doivent désormais déployer pour répondre à ces différents enjeux tels que :

  • Chaîne logistique, stock et traçabilité
  • Interface Homme/Machine
  • Pilotage en temps réel
  • Gestion des énergies et optimisation des flux/coûts
  • Assistance opérateurs et contrôles qualités
  • Amélioration des TRS/OEE et maintenance prédictive

Nous pouvons aussi rajouter un enjeu de cybersécurité.

Cette mise en oeuvre ne saurait se faire de façon efficace sans une prise en compte, dès l’amont des projets, du ROI attendu. C’est certainement là, la première étape de toute démarche industrie 4.0.

————–

Pour en savoir plus sur le sujet, les équipes Talenco vous invitent à un petit déjeuner sur l’industrie 4.0. Pascal Laurin, Directeur Industrie 4.0 Bosch France & Bénélux, partagera avec vous son expérience et son expertise.

 

Inscrivez-vous au petit déjeuner