Pour libérer l’innovation au sein de l’entreprise, il est aujourd’hui indispensable de rassembler les différents acteurs d’un projet autour de nouvelles méthodes de travail collaboratives. Lean Startup, Design Thinking ou encore management de projet agile : ces méthodes ont fait leur preuves chez les startups et certaines équipes commencent à les adopter dans les plus grandes structures.

Mais parce que leur mise en place entraîne souvent une restructuration de l’organisation et des modèles de management, certaines entreprises n’osent pas toujours s’y aventurer.

Et si vous commenciez par organiser un design sprint ?

Un design.. quoi ?

Le design sprint est une expérience de design qui s’organise sur une période de 5 jours maximum. Durant ces 5 journées, les participants ont pour objectif de prototyper un nouveau business, un produit, une nouvelle fonctionnalité ou même une nouvelle expérience client et ainsi répondre à une problématique, tester une innovation en un temps record.

Pour arriver à ce prototype final, les équipes suivent différentes étapes, inspirées de la méthode Design Thinking : l’observation et l’interview des utilisateurs cibles, la définition d’un parcours client, la réalisation de maquettes afin de faire émerger des solutions, la création d’un storyboard, et enfin, le prototypage et les tests utilisateurs.

Organiser un design sprint, pour quel projet ?

 

Pour Matthieu Gioani, expert en Design Thinking et consultant TalenCo, “le design sprint est surtout appliqué dans le digital car c’est un secteur qui réfléchit constamment à la façon dont il peut améliorer ses processus”.

Mais parce que l’innovation touche l’ensemble des secteurs de l’entreprise, le design sprint n’est pas seulement  réservé aux équipes digitales !

 

“On peut tout à fait organiser un Design Sprint dans d’autres domaines”, nous explique Matthieu Gioani. “Je vais bientôt accompagner une entreprise du secteur pharmaceutique dans la réalisation d’un design sprint. Celle-ci souhaite créer une nouvelle version d’un de ses produit et redéfinir son positionnement sur le marché. On est donc sur une réflexion très stratégique, moins sur les outils ou les plateformes web.”

 

Un format court pour booster l’innovation !  

 

Organisé sur 5 jours maximum, le design sprint est donc avant tout et comme son nom l’indique, un format court. Empruntant aux méthodes du design thinking, de l’ux design et de l’agilité, l’avantage du design sprint est qu’il mobilise peu, tout en apportant les enseignements nécessaires aux équipes pour mener à bien un projet.

 

design sprint ux agilité

 

Comme l’explique Matthieu Gioani, “grâce à ce format court, au bout de 2, 3 ou 5 jours, les équipes qui participent au design sprint savent qu’elles produiront un livrable qu’elles pourront évaluer. Elles pourront ensuite estimer s’il est pertinent de continuer à avancer ou non. Comme en agilité, c’est un format appelé “time boxing”, qui force les équipes à sortir un livrable”.

Parce que le livrable est un prototype et non un produit, le design sprint permet donc de réduire les risques pour une entreprise qui souhaite s’engager dans une démarche d’innovation. C’est d’ailleurs pour minimiser le risque que les équipes de la branche Ventures de Google ont inventé le Design Sprint. Ils souhaitaient en effet savoir rapidement si les produits dans lesquels ils avaient investis étaient les bons et comment les améliorer.

Le design sprint, un tremplin pour initier de nouvelles pratiques collaborative.

 

Le design sprint a également l’avantage de mobiliser une équipe pluridisciplinaire autour d’un projet. Responsable marketing, développeur, designer : toutes les parties prenantes internes du projet sont réunies pour réfléchir ensemble au problème et trouver les solutions à apporter.

Spécialiste de leurs domaines, c’est dans le croisement des regards de ces différents métiers sur le produit ou le projet que réside la réussite d’un design sprint.

“Chaque métier connaît ses propres contraintes. Le design sprint, en forçant la collaboration entre les métiers, permet de rassembler l’ensemble des contraintes, qu’elles soient techniques ou stratégiques. La collaboration contribue alors à donner le meilleur des résultats”, précise Matthieu Gioani.

Parce qu’il ne nécessite pas une mobilisation forte des équipes, le Design Sprint peut donc faire office d’expérience tremplin pour amorcer des pratiques collaboratives au sein de l’entreprise.

“Les retours d’expérience me font dire que le design sprint amorce des collaborations et des échanges entre les différents services au sein de l’entreprise. Néanmoins, cela ne suffit pas pour qu’ils continuent à travailler ensemble dans la durée”. Matthieu Gioani.

Le design sprint permet donc de créer un premier lien. A vous ensuite de profiter de cette première étincelle pour initier à un plan de transformation global porté sur le collaboratif !

 

Pour aller plus loin

[Vidéo] Google Design Sprint : à quoi ca sert et pourquoi il faut essayer, intervention de Matthieu Gioani lors du Dev Fest Nantes 2016.

[Site web] Design Sprint Kit : études de cas et bonnes pratiques par Google

[ Vidéo ] Sprint – chaque jour expliqué par Jake Knapp de Google Ventures